Le Vieux dragon

Les philosophes me nomment mercure et mon mari est l’or philosophique. Je suis le vieux dragon, présent par toute la terre. Je suis père et mère, jeune et vieux, fort et faible, mort et vif, visible et invisible, dur et mou, descendant en terre et montant au ciel, très grand et très petit, très léger et très pesant. L’ordre de la nature est souvent changé en moi, en couleur, nombre, poids et mesure. Je contiens la lumière naturelle. Je suis clair et obscur. Je sors du ciel et de la terre. Je suis connu et je ne suis rien, je veux dire de stable. Toutes les couleurs reluisent en moi par les rayons du soleil, rubis solaire, terre très noble et clarifiée, par laquelle tu pourras transmuter en or le cuivre, le fer, l’étain et le plomb.

(Les Douze Clefs de Philosophie, de Basile Valentin)

L’œuf de nature

Je suis l’œuf de nature, connu seulement des sages, lesquels, étant pieux et modestes, engendre en moi le petit monde que Dieu très bon et très grand a préparé aux hommes. Mais, quoique beaucoup de gens le désirent, néanmoins, il n’est accordé qu’à peu de de personnes, qui doivent secourir les pauvres de mon or, au lieu de mettre leur affection dans un trésor qui doit périr.

(Les Douze Clefs de Philosophie, de Basile Valentin)

Le dragon envenimé

Si tu ne me connais exactement, tu prends les cinq sens de mon feu. Il sort de mes narines un venin trop tôt mûr, lequel a apporté du dommage à plusieurs. Sépare donc, avec artifice, le subtil de l’épais, à moins que tu ne te plaises dans la pauvreté. Je t’élargis les forces des mâles et des femelles, ainsi que celles du ciel et de la terre. Les mystères de mon art doivent être traités avec courage et magnanimité.

(Les Douze Clefs de Philosophie, de Basile Valentin)

Matière Première

Je suis un dragon envenimé, de vil prix et présent en tous lieux. La chose sur laquelle je me repose et qui repose sur moi se trouve en moi, en recherchant soigneusement mon eau et mon feu qui compose, qui détruit et qui rétablit. Tu extrairas de mon corps le lion vert et rouge.

(Les Douze Clefs de Philosophie, de Basile Valentin)

La Pierre a en soi les quatre éléments

 

Et comme toutes choses ont été et sont venues d’un par la méditation d’un. Il donne ici un exemple, en disant : comme toutes choses ont été et sont sorties d’un, c’est à savoir d’un globe confus ou d’une masse confuse, par la méditation, c’est-à-dire par la pensée et la création, d’un, c’est-à-dire de Dieu Tout-Puissant. Ainsi toutes choses sont nées, c’est-à-dire sont sorties, de cette chose unique, c’est-à-dire d’une masse confuse, par adaptation, c’est-à-dire par le seul commandement et miracle de Dieu. Ainsi, notre pierre est née et sortie d’une masse confuse, contenant en soi tous les éléments, laquelle a été créée de Dieu, et, par son miracle, notre pierre en est sortie et née.

(Commentaires de la Table d’Emeraude, d’Hortulain)

 

Comprendre comment les extrêmes sont réunis

Le Feu ne peut devenir Eau sans Air et la Terre ne peut devenir Air sans l’Eau. De même, il est impossible d’unir le Feu avec la Terre, l’un étant volatil, l’autre solide, sans médiateur. Donc si vous voulez accomplir ceci, vous devez unir le Feu avec son plus proche médiateur volatil, l’Air, et alors ils s’unissent immédiatement. Quand ceci est fait, il faut donner l’Eau comme médiateur entre l’Air et la Terre et alors ils s’uniront.

Ainsi, vous aurez uni le Feu avec le Terre et fixé le volatil. L’inverse est possible, alors le fixe sera volatilisé.

(La Chaîne d’Or d’Homère)

L’Eau Chaotique

L’Eau et la Terre sont la mère, le principe passif fécondé par le Père. Ces quatre, qui ne sont néanmoins que deux, à savoir le Feu et l’Eau, qui génèrent constamment l’Eau Chaotique ou Chaos primordial par l’action réciproque résultant de leurs principes internes, de qui dépendent la génération, la préservation, la destruction et la régénération de toutes choses. Ceci continuera tant que par Dieu la terre entière n’aura pas été régénérée.

(La Chaîne d’Or d’Homère)

 

L’Esprit du Monde

Après que Dieu eut divisé l’Anima, ou Esprit du monde, ou simple Chaos, en quatre éléments aux principes prédominants, il dit : « Croissez et multipliez-vous ». Les cieux et l’air sont tous deux animés par le Feu Universel, le Père, le mâle, l’opérateur agissant.

(La Chaîne d’Or d’Homère)

Une seule et unique Essence Naturelle

Tout Corps prend son origine d’une seule et unique Essence Naturelle, et c’est sur sa production que l’Alchimie fonde les bases de son Art : celui donc qui travaille hors la voie de la Nature se donne une peine inutile, comme l’assure Sendivogius ; car ce qui n’est rien par lui-même ne saurait devenir quelque chose.

(Le Vrai et Vieux Chemin de la Nature d’Hermès Trismégiste)